Conformité

Eau potable et conformité des matériaux

Certains matériaux ou accessoires, lorsqu’ils entrent en contact avec l’eau destinée à la consommation humaine, peuvent être à l’origine de dégradations de la qualité de l’eau (d’ordre organoleptique, physico-chimique ou microbiologique) et peuvent engendrer de ce fait un dépassement des limites de références de qualité règlementaire voire des risques sanitaires pour les consommateurs.

En ce qui concerne le transport de l’eau potable dans les bâtiments, deux grandes catégories de matériaux peuvent être envisagées : les matériaux de synthèse et les matériaux métalliques. Ces derniers font l’objet de l’arrêté du 29 mai 1997 (Relatif aux "Matériaux et objets utilisés dans les installations fixes de production, de traitement et de distribution d'eau destinée à la consommation humaine") qui autorise notamment l’emploi des métaux et alliages à base de cuivre. Pour les tubes et les raccords en cuivre, il est précisé que la teneur globale en impuretés doit rester inférieure à 0,1 %. Pour les tubes cuivre certifiés NF cette condition est automatiquement remplie. En effet, cette certification garantit la conformité à la norme EN 1057 imposant une teneur minimale en cuivre de 99,9 %.

Pour les matériaux de synthèse, l’arrêté du 29 mai 1997 a été complété par un certain nombre de circulaires qui précisent un cadre plus contraignant. Dans ce cas en effet, doivent être pris en compte des phénomènes de migration de substances dans l’eau. Afin de garantir leur innocuité, les matériaux de synthèse doivent donc obtenir une ACS (Attestation de Conformité Sanitaire) qui valide leur compatibilité avec l’eau potable. Une Instruction (n°DGS/EA4/2012/366 du 18 octobre 2012) de la Direction Générale de la Santé rappelle, à ce sujet, une vigilance accrue sur des canalisations PVC anciennes (posées dans les années 1970) susceptibles de relâcher, dans l’eau potable, des résidus de chlorure de vinyle monomère, une matière cancérogène.

Avec le cuivre, les possibilités de migration de substances chimiques sont exclues puisqu’il s’agit de métal pur et seuls des ions cuivre sont susceptibles d’entrer en contact avec l’eau potable. Faut-il le rappeler, ces derniers constituent un oligo-élément essentiel indispensable à la vie et peuvent être bus sans danger. Leur teneur est néanmoins réglementée et ne doit pas dépasser 2 mg/l à l’eau du robinet. Ces mêmes ions cuivre ont d’autres effets bénéfiques sur les réseaux puisqu’ils empêchent la prolifération d’agents pathogènes tels que les bactéries, ralentissent la croissance du biofilm (dépôt organique) et peuvent même permettre d'éviter les embouages d’origine organique dans les réseaux de chauffage.

tube_1.jpg

 

Partagez

les_fiches_techniques.jpg
Ces documents servent à prendre connaissance, rapidement, des points essentiels concernant les sujets touchant aux tubes de cuivre. Conseils et recommandations permettent d'éviter les erreurs et de concevoir une installation en toute sérénité.
21/09/2015