Les états métallurgiques

Aujourd’hui le tube de cuivre est disponible dans 3 états métallurgiques :

  • Barres droites à l’état écroui
  • Barres droites à l’état demi-dur
  • Couronnes à l’état recuit

Ces trois états définissent les caractéristiques mécaniques du tube (résistance à la traction et allongement) ; ces états métallurgiques sont représentés, dans la norme NF EN 1057 relative aux tubes de cuivre, par la lettre R suivie d’un nombre à trois chiffres. R signifie Résistance à la traction. Les trois chiffres désignent la valeur minimale de résistance à la traction correspondant à l’état métallurgique (exprimée en MPa avec 1MPa= 1N/mm²). La norme NF EN 1057 stipule une valeur de résistance à la traction minimale pour les trois états :

État métallurgique Résistance à la traction / valeur minimale Allongement A (%)
Recuit
R220
40
Demi-dur
R250
30 ou 20 (selon diamètre)
Écroui ou dur
R290
3

Plus la valeur R est élevée, plus le tube est écroui, plus il est « dur ». Un état recuit va permettre d’avoir un tube dont la résistance mécanique sera  un peu moins élevée mais qui pourra se travailler plus aisément du fait de sa malléabilité liée à son allongement. Un état écroui au contraire aura une résistance mécanique élevée mais sera plus difficile à cintrer. L’état demi-dur présentera, quant à lui,  des caractéristiques de résistance mécanique intermédiaires tout en conservant de bonnes aptitudes à la déformation. Ainsi, selon les besoins (tube plus ou moins dur ou déformable), on pourra utiliser, au choix, l’un de ces trois états métallurgiques.

Lors de la mise en œuvre d'un tube écroui, il est possible d'effectuer un recuit localisé ; cette opération va permettre le changement d’état. Il s’agit d’un traitement thermique par chauffage localisé du tube, par exemple, avant le cintrage d’un tube de gros diamètre. Le recuit, opération parfaitement connue des installateurs, doit être dans tous les cas bien maîtrisé et faire l’objet de certaines précautions : ce n’est pas en chauffant excessivement un tube que l’opération se montrera plus rapide et plus efficace. Lorsque la coloration du tube dépasse le rouge sombre et vire vers le rouge cerise, l’état métallurgique du tube s’en trouve dégradé par formation de « grains* » trop gros et hétérogènes. L’utilisation d’un brûleur « turbo » au propane est parfaitement adaptée pour procéder à un recuit localisé d’un tube de cuivre.

L’ensemble de ces états métallurgiques permet donc à l’installateur de trouver une réponse adéquate à chacun de ses besoins. Par ailleurs, le choix de la marque NF reste le seul moyen sûr et efficace de garantir la qualité métallurgique des tubes.

* grain : terme utilisé pour désigner la taille des cristaux formant la structure métallique du tube.


couronnes_barres.jpg

 

 

Partagez