Assemblage par raccords cuivre

Les raccords à braser

Les pièces de raccordement comprennent les manchons, tés, croix, coude etc.
Les raccords sont plus souvent fabriqués d’une seule pièce par déformation à froid d’une section de tube de cuivre.
Il existe également des raccords à braser en laiton matricé usiné, ainsi que des raccords en bronze pour des gros diamètres qu’il serait difficile d’obtenir directement à partir de tube.
Le développement de l’utilisation des raccords à braser par capillarité a considérablement accru la rapidité de pose de canalisations en cuivre. Cet assemblage ne requiert aucun outillage particulier.

 

Les raccords mécaniques

Ce système d’assemblage est relativement peu utilisé, et trouve son application chaque fois que tout autre moyen s’avère impossible ou non souhaitable, ou encore lorsque l’on veut pouvoir démonter l’assemblage.

Les raccords mécaniques sont surtout utilisés pour les raccordements des appareils et des accessoires ou pour raccorder des tubes de cuivre à des tubes de nature différente.

Dans tous les cas, l’assemblage par raccords mécaniques ne doit être utilisé que dans des endroits accessibles et ne doit pas être encastré.

Il existe un grand nombre de raccords de ce type qui peuvent se regrouper en 3 catégories :

  • Raccords à compression
    Ils ne nécessitent aucun façonnage préalable des extrémités des tubes à assembler. L’étanchéité est assurée par le serrage par compression directe sur la surface du tube d’une garniture en matière plastique ou d’une bague en cuivre ou laiton. Ils ne peuvent raccorder que des tubes écrouis.
  • Raccord à collet battu 
    Ces raccords exigent la formation d’un collet, qui est réalisé grâce à un outillage d’un collet, qui est réalisé grâce à un outillage spécifique à façonner les collets. L’étanchéité est assurée par l’intermédiaire d’une rondelle plastique placée entre le collet et le raccord. Il existe des raccords à collets battus où l’étanchéité est assurée par la plasticité du collet cuivre lui-même. Ils peuvent être utilisés pour les tubes recuits ou écrouis. Dans ce dernier cas, la partie du tube écroui assurant l’étanchéité doit être recuite.
  • Raccord à collet repoussé
    L’extrémité du tube doit être évasée en cône à l’aide d’une broche dont la forme conique correspond à celle du raccord. Le serrage de l’écrou provoque le blocage du cône du tube sur celui du raccord, sans aucun joint. Les prescriptions d’emploi pour tube recuits ou écrouis sont les mêmes que précédemment.

 

Les raccords à sertir

Une mise en œuvre extrêmement simple, les raccords à sertir sont la garantie d'un montage sûr et indémontable. Bénéficiant d'un Avis Technique du CSTB et disponibles dans toutes les tailles et toutes les formes jusqu'au diamètre 54, les raccords à sertir représentent une solution très intéressante pour les professionnels.

Indépendamment de la simplicité et du gain de temps pour l'installateur, l'utilisation des raccords à sertir s'impose naturellement dans plusieurs cas de figures :

  • Partout où l'emploi d'une flamme est interdit comme par exemple les sites de production chimique.
  • Partout où la flamme n'est autorisée que sous conditions : c'est le cas des grandes surfaces, des musées, des monuments historiques, des hôpitaux. Plus généralement, tous les lieux publics où les travaux ne peuvent s'effectuer qu'en absence des visiteurs.
  • Partout où l'utilisation d'une flamme présente des risques de dégradation ou des risques ou pour l'environnement. Les exemples sont ici nombreux : les installations en plafond revêtu de plaques PSE (risque d'émanation de gaz toxiques), les vides sanitaires, les rénovations en apparent, la présence d'isolants tels que le polystyrène expansé …

 

Les conseils de sertissage

Après avoir coupé le tube de cuivre à l'aide d'un coupe-tube, il suffit de suivre une méthodologie très simple :

  • Ebavurer soigneusement le tube afin qu'aucune aspérité n'endommage le joint du raccord.
  • Essuyer le tube pour éliminer toute trace de graisse ou de solvant au niveau de l'emboîture.
  • Marquer au feutre l'emboîture du raccord sur le tube.
  • Vérifier que la mâchoire de sertissage correspond au bon diamètre.
  • Sertir en pressant la gâchette de la sertisseuse jusqu'au déclic caractéristique qui indique que l'opération est terminée.
  • Contrôler que le raccord est correctement placé en vérifiant le marquage de l'emboîture

 

Les différentes étapes du sertissage en vidéo :

Partagez